La révolution des stades connectés

0

Tu as peut-être déjà entendu le terme de stade connecté. Tu t’es peut-être dis comme moi que c’était
simplement un terme tapageur pour signifier qu’il y avait du Wifi dans le stade. Tu t’es donc sûrement
demandé pourquoi n’ont-ils pas appelé ça « Stade avec Wifi gratuit » ?

Suite à l’invitation du Stade Toulousain à leur ApéroTweet (un apéro où l’on tweete) sur les stades
connectés, et celle du Toulouse Football Club dans leur loge Betclic connectée pour le match contre
Lorient, et face à l’abondance du mot connecté qui pourrait te faire déconnecter du sujet, j’ai voulu rentrer
en connexion avec le futur : quand demain tu iras dans un stade, à quoi ça ressemblera ?

Le défi du WiFi

Quand tu allais au McDonald’s avant de connaître Boudu Toulouse et que la 3G était à son apogée, tu
pouvais connecter ton ordinateur, ton téléphone à clapet ou ta Nintendo DS au Wifi Gratuit pour travailler
– jouer – t’informer – regarder du contenu à caractère explicite hashtag 18 et +, bref, simplement utiliser
le WiFi en dégustant ton double latté froid et pas bon.

Si les restaurants, cafés, workplace et même métros ont pris le relai pour t’éviter d’aller au fast-food, les
stades s’y mettent petit à petit. Si tu te dis que l’innovation est minime, alors il faut te dire que si un grand
restaurant peut accueillir jusqu’à 200 personnes, un stade peut lui en accueillir de 15 à 40 000 (voire plus
mais on est à Toulouse, faut pas abuser non plus).

Intégrer un WiFi stable et sécurisé pour tous est donc un véritable casse-tête, que le stade Ernest Wallon
a su résoudre (enfin les gens qui y travaillent, pas le stade tout seul ! Tu réfléchis des fois ?).

« Oui bon on s’en fout, il y a des ingénieurs et des développeurs pour ça, qu’ils se démerdent avec leur
DéWifi machin pour tous là ! » Je comprends, tu es un quelqu’un de pressé et exigeant et chiant mais je
t’apporte une bonne nouvelle : le WiFi te semble être un petit pas pour toi, mais c’est en fait un grand pas
pour tous, car il est la base d’avancées majeures qui changeront à jamais ton expérience au stade.

Commander sa bière à tout moment pendant le match

Toi qui en avait marre d’attendre ta bière au milieu de la foule pour finalement rater le début de la
seconde mi-temps et en renverser la moitié, tu vas être servi, et correctement cette fois. Déjà en place au
Stade Toulousain, tu peux désormais la commander et payer directement sur l’application :
le temps d’attente est quasiment réduit à néant. Bien sûr, tu peux aussi commander de l’eau. L’eau, c’est
bon pour la santé.

Dans le stade de demain, tu pourras en fait tout commander sur ton téléphone, sandwich et vuvuzela
compris. D’accord, c’est vrai que c’est cool et « pratique », mais c’est surtout dans la façon de
consommer l’expérience que la révolution intervient.

La technologie au service du spectateur

Que ce soit dans un stade, au bar ou à la maison, on s’est tous retrouvés à hurler : « FAUTE ! CARTON
MONSIEUR L’ARBITRE ! ». Ton ami-e, fervent-e supporter de l’équipe adverse, rétorquait alors :
« SIMULATION ! IL L’A MÊME PAS TOUCHÉ ! » . Navré, mais la mauvaise foi n’aura désormais plus sa
place dans les stades. Ton enn-ami sortira tranquillement son téléphone, ouvrira l’application de l’équipe
et pourra te montrer à quel point tu avais tord, en visionnant instantanément l’action qui vient de se
passer sous vos yeux. Vous serez de nouveaux camarades, et vous trinquerez avec votre bière
récupérée en deux minutes.

À terme, les écrans secondaires prendront une place bien plus importante, et permettront aux spectateurs
de visionner les dernières actions sans sortir leurs jumelles ou se faire un torticolis.

Et ce qui était accessible uniquement aux joueurs et staff technique de l’équipe sera désormais à ta
disposition. Là, je te parle de statistiques. Tu pourras confirme grâce à l’application que ce que ton
groupe d’amis moqueurs balance à tout va sur ton joueur préféré, encore une fois, c’est des conneries.
« Il court comme une chèvre, il sait pas faire une passe ! Des lunettes qu’il lui faut, apprends à viser ! ».
Ce à quoi tu répondras : « Sa vitesse de pointe est de 24km/h, il a réussi 87% de ses passes et cadré
4 de ses 5 tirs, vous en dites quoi de ça ?! ». Ils en diront que c’est incroyable que la technologie évolue
aussi vite, et qu’ils sont dépassés. Pour les amateurs de l’expertise, ce sera un régal !

Super, mais pour les autres alors ?

La sensation de participer à un show unique

Lorsque j’ai assisté à la conférence ApéroTweet du Stade Toulousain, et lorsque Sunny s’est rendu à la
loge Betclic du TFC, il y avait un Social Wall à notre disposition : un écran qui retransmet en direct
l’activité sur les réseaux sociaux autour de l’événement. Inspiré, j’ai alors tweeté  :

Fier, j’ai pu voir apparaître instantanément sur le Social Wall ce tweet qui en a épaté plus d’un, je ne le cache pas.

Ces Social Wall risquent de faire prochainement leur apparition dans les Stades, qui deviendront alors
un véritable lieu d’expression. Si tu étais désarçonné lorsque la caméra se pointait sur toi à l’écran :
« Que dois-je faire ?! Embrassons nous ! », tu pourras désormais prendre le contrôle en t’exprimant et
pourquoi pas faire réagir la foule, à tes risques et périls bien sûr ! On peut alors imaginer lancer une Ola,
ou demander plus sobrement : « Mais ils sont où les bordelais ? ».

Et lorsque tu verras les compteurs s’affoler du nombre de personnes qui tweetent et parlent de cet
événement, tu sauras alors que es en train d’assister à un événement unique et retentissant. Ou bien
pas du tout, les matchs sieste comme je les appelle depuis aujourd’hui existent aussi ! #ilfautdetoutpourfaireunmonde

D’autres avancées un peu plus funky sont aussi testées : les sièges vibrants lors d’un gros plaquage et
les sièges « montagnes russes » avec le Samsung Slideliner, qui se déplacent autour du terrain à plus
de 20km/h pour suivre le ballon et te faire vomir.

« Oui enfin c’est bien beau ces avancées, mais on va finir par louper le match avec tout ça ! »

La technologie au détriment de la convivialité ?

Ta remarque n’est pas con Michel-le. La technologie au détriment de la convivialité ? C’est une
question qu’il faut se poser. C’est vrai après tout, si on passe son temps sur son téléphone à regarder des
écrans, on risque surement de perdre le charme de la sortie au stade : un lieu d’échange, de détente,
de rencontres avec ou sans amis. Ou bien comme le dit Michel-le, de ne même plus voir le match.

Ce serait bien dommage, mais la réalité est différente. Ces outils, libre à toi de les utiliser ! Tu peux les
refuser totalement, les adopter définitivement, mais en modérer l’usage semble être une voie largement
envisageable. C’est comme dans les salles de concerts : maintenant, on voit les téléphones sortis
partout, à se demander si le public est là pour profiter de l’artiste ou pour le montrer à ses amis virtuels
qui n’ont même pas payé leur place. Mais dans les faits, tu peux prendre une vidéo le temps d’une
chanson et le ranger le reste du temps pour en profiter. C’est la même chose dans les stades, le public
saura s’adapter.

La transition est lancée, puisque les technologies existent déjà dans certains stades :
le Stade des Lumières de Lyon ou le Metlife Stadium de New York sont des exemples aboutis.
On est donc bel et bien rentré dans le futur, et même à Toulouse.

SuperFootballClub

Et si jamais tu as quand même la flemme d’aller au stade et que tu préfères boire un coup au bar
pour suivre un match, on a trouvé pour toi une application qui t’indique les lieux de ta ville qui le
retransmettent ce jour-là.
L’application s’appelle SuperFootballClub, et selon des informations très secrètes, ils comptent bientôt se mettre au rugby ! Mais chut, faut pas le dire.

Télécharger sur IOS
Télécharger sur Google Play


Même si on pourrait presque le croire, cet article n’est pas sponsorisé. C’est un retour d’expérience, qu’on a souhaité partager en le complétant avec nos recherches. Bah on a la chance d’être invités, ce serait con de pas t’en faire profiter ?

 

 

Boudu-writer

Thibaud

Thibaud

Jeune responsable commercial qui aime entreprendre entre un film et la création d'un site internet.

Pas de commentaire