Ismaël Carré et Sandrine Tortikian : un atelier d’artisans en plein centre de Toulouse

0
Ismael Carré et Sandrine Tortikian

Boutique objets à vivre ToulouseImmersion dans l’atelier d’Ismaël Carré et de Sandrine Tortikian 

J’ai toujours été fascinée par les artisans et, plus globalement, par celles et ceux qui réussissent à créer des merveilles de leurs deux mains. Peut-être parce que la seule chose que je sais faire de mes dix doigts, c’est la vaisselle ?

J’avais plutôt tendance à penser que tous les artisans de France se cachaient au fin fond des campagnes françaises. Dans d’anciennes granges en pierre reconverties en ateliers. Vous avez dit cliché ?

Puis, un jour, Yasmine du blog Bonjour La Smala a invité la Boudu Team à découvrir l’atelier d’Ismaël Carré et de Sandrine Tortikian à Toulouse. Rapide vérification sur Google Maps : oui, leur atelier est bien situé en plein coeur de Toulouse, à deux pas de la place du Salin.

La vaisselle d’Ismaël Carré et les luminaires de Sandrine Tortikian

Après réflexion (oui, ça m’arrive), je me rappelle bien de ce lieu, situé à deux pas du restaurant Le Bouillon Languedocque je te conseille au passage. Une jolie vitrine remplie de jolis objets, devant laquelle je suis souvent passer. Cependant, jamais je n’aurais pensé qu’au fond de la cour de cet immeuble toulousain se cachait un atelier d’artisans.

En pénétrant dans cet endroit, véritable cabinet de curiosités, on découvre les sourires et le talent de Sandrine et d’Ismaël. Lorsque nous arrivons avec Maëlla, le couple est en pleine création. 

Nous apprenons alors que n’importe quelle personne qui rentre dans la boutique a la possibilité de découvrir l’atelier. Et donc le travail qui se cache derrière chaque objet présent sur les étagères (et qui sont magnifiques, au passage). 

La vaisselle, c’est Ismaël (+1 pour la rime). Les luminaires, c’est Sandrine (ça m’aurait arrangé qu’elle s’appelle Marie-Claire, d’ailleurs).

Si tu veux comprendre comment est fabriquée la vaisselle en porcelaine de Limoges que tu risques très fortement d’acheter, Ismaël te montrera chaque étape : la fabrication des moules, la première cuisson à 1000 degrés… Sandrine, elle, te racontera comment elle récupère des vieux objets chinés par-ci par-là pour créer les moules de ses luminaires.

En bref, une immersion passionnante et pédagogique qui donne du sens à tes achats.

Des beaux objets et une démarche engagée 

Découverte de l’atelier ou pas, la boutique à elle seule vaut le détour. Sur des meubles vintage, des dizaines de magnifiques objets utiles sont exposés, prêts à commencer leur  nouvelle vie sur les étagères de ta cuisine ou de ton salon. 

Des tasses, des assiettes, de cuillères, des luminaires… Des objets à vivre, comme dit Sandrine sur son site. On aime particulièrement les Georgettes, magnifiques luminaires réalisés  à la main en porcelaine et en chêne. Et les tasses à café expresso, en porcelaine également, que l’on a bien envie d’assortir avec les bouteilles qui sont tout aussi belles.

Le style est à la fois chic et bohème, décalé, épuré. 

Et acheter des objets dans la boutique de Sandrine et d’Ismaël, c’est selon moi un acte engagé. Alors que l’on a tous tendance à courir chez Ikea, Maisons du Monde et compagnie dès que l’on recherche un objet, un lustre ou une tasse à café, sans se demander (avouons-le) ni comment ni où sont fabriqués lesdits objets, choisir de faire un achat dans une boutique comme celle-là est une façon de soutenir l’artisanat, la fabrication française. De redonner du sens au travail des mains. À la manière de dépenser son argent, aussi.

Parce que oui, forcément, de tels objets coutent plus chers. Pour certaines et certains, cela représente un vrai budget. Mais cela peut être aussi une très belle idée de cadeaux à Noël ou à un anniversaire. CQFD. 

Ismaël Carré et Sandrine Tortikian : l’adresse

14 rue du Languedoc 31 000 Toulouse 
Métro Carmes ou Palais de Justice

Boudu-auteur

Sophie Franco

Sophie Franco

Co-fondatrice de Boudu Toulouse & chroniqueuse art de vivre pour L'Opinion Indépendante. Aime les mots, les gens, le café et la Burrata.

Poste ici le premier commentaire

Ça pourrait te plaire !

Les Coudes sur La Table

  Quand on m’a dit d’aller aux Coudes sur la table pour la première fois, j’ai imaginé un lieu où des routiers crient “on a faim, ...
error: Boudu-Protection !