La place du Capitole

3

Ah, cette place du Capitole. Celle qui accueille les touristes. Celle qui reçoit le bouclier de Brennus. Celle qui regarde les matchs importants. Celle qui se recueille. Celle qui manifeste. Celle qui fait ses courses à Noël en buvant du vin chaud . Celle qui tangue la nuit quand tu as trop bu. Tous les toulousains ont une histoire avec cette place. Tous, même les moins chauvins. Et même parfois les non-toulousains (Napoléon himself aurait fait une apparition au balcon en 1806).  Emblème indéniable de Toulouse, cette place a une histoire.
Et comme on a envie que tu brilles en société les soirs où t’as rien à raconter, on a voulu te la faire partager.

Nous sommes en 1676 (bon ok, on est en 2015, mais fais un petit effort d’imagination s’il te plait).
Les capitouls (l’ancien conseil municipal toulousain) veulent détruire tout un pâté de maisons pour construire une grande place donnant sur le Capitole, leur QG – tu sais, l’actuelle mairie.
Cependant, pour ce genre de projet, tu te doutes bien qu’il faut de l’argent.
Et bien ils étaient malins, nos chers capitouls.

Pour que le Roi accepte de leur en donner un peu, ils lui ont promis qu’une statue à son effigie trônerait au centre de la place. Pas mégalo pour un sou, Louis XIV a accepté. Tu m’étonnes.
Nous lisons dans tes pensées : mais ou est passée cette statue ? Ne t’étonne pas de ne pas la voir car elle n’a jamais existé. Le Roi est mort après, donc les capitouls n’ont pas respecté leur promesse. Bravo le veau.
Pauvre Louis XIV, en plus d’être mort de la gangrène, il s’est fait avoir comme un bleu.

On dit que Paris ne s’est pas construite en un jour. La place du Capitole non plus. De nombreuses difficultés de paperasses ont retardé longtemps sa réalisation. A croire qu’à l’époque aussi, la France était championne du monde de l’administration (petite dédicace à tous ceux qui, aussi, ont reçu leurs premières APL alors qu’ils avaient déjà presque déménagé). Aussi, il a fallu expulser les habitants qui vivaient ici pour pouvoir démarrer sa construction.

De ce fait, la forme de la place actuelle existe depuis 1792. Avec ses 12 000m2, elle équivaut à presque deux terrains de football. Reste plus qu’à organiser un foot géant pour fêter ça.

Dis, cher lecteur, y-a-t-il des phases de ton adolescence dont tu as un peu honte ? Des périodes où tu t’es cherché, avec des looks étranges et des coiffures approximatives ? Ne nous dit pas non, ta mère nous a envoyé les photos. Et bien sache que l’adolescence, c’est pour tout le monde. 
La place du Capitole aussi a recherché son identité. Elle s’est appelée place Royale, place de la Liberté, place Commune, place Impériale, pour ne trouver son nom actuel qu’en 1848. L’histoire ne dit pas si elle a eu la face couverte d’acné.
Par contre, elle a fait le mur. Enfin, elle a fait « la porte ».

Mais ils ont bu quand ils ont écrit cet article les Boudus ou quoi ? Non, promis. Lors de la construction du parking, on a découvert une porte en pierre taillée qui a marqué l’entrée de la cité jusqu’au milieu du Moyen-Âge. Et oui, la place était l’empalement du rempart nord de l’ancienne ville romaine (les romains, ils étaient partout ces mecs…).

Pour respecter l’incroyable beauté de la place, la ville a demandé à tous les commerces d’harmoniser leurs enseignes. C’est un des seuls endroits où le logo Mcdonald’s n’apparaît pas en jaune et rouge (enfin, vert et jaune désormais). Toulouse, plus fort que Mcdo ? On dit oui.

Boudu-auteur

Sophie Franco

Sophie Franco

Co-fondatrice de Boudu Toulouse & chroniqueuse art de vivre pour L'Opinion Indépendante. Aime les mots, les gens, le café et la Burrata.

3 comments

  1. Avatar
    Pascaline 1 février, 2017 at 08:26 Répondre

    Hello. Souvent, on passe devant des lieux, mais on ne connait rien à leur histoire. Je veux te remercier pour cet article. Désormais, j’aurais ce récit en tête quand je serai à La Place du Capitole.

Post a new comment

Ça pourrait te plaire !

Embouteillages : kit de survie

Les embouteillages, c’est un peu comme la crise, on a l’impression qu’on n’en sortira jamais. Sauf que nous, à Boudu-Toulouse, on pense que tout est ...
error: Boudu-Protection !