Toulouse : La Daurade et sa basilique

0

Pour cette Boudu Story, on a laissé la clé du blog à 5 étudiants de Sciences Po Toulouse, dans le cadre d’un projet visant à susciter l’intérêt des jeunes toulousains pour leur ville. On a trouvé ça cool, alors on a dit oui ! Ils sont plus polis que nous, alors ils t’ont vouvoyé, Boudu Lecteur. Ne t’habitue pas trop, hein.
Merci à Alice, Anouck, Fabien, Malika et Zakariya pour cette contribution intéressante et drôle. Vous pouvez retrouver leurs autres articles en suivant ce lien !

Ah, la Daurade… En toulousain·e averti·e, vous avez compris dès le titre de cet article que nous allions parler plus du quartier de la Daurade que de la daurade royale, un poisson qui réside à proximité des côtes françaises, et à qui le quartier susmentionné ne doit absolument pas son nom.  Pour plus d’infos sur la faune et la flore de notre doux pays, contactez-nous par mail.

Si ce quartier est surtout connu pour son port aujourd’hui réaménagé en espace convivial dont on profite en famille ou entre amis, ce haut-lieu des soirées étudiantes du jeudi soir tient son nom de Sainte-Marie la Daurade. Mais oui, vous savez, Sainte-Marie la Daurade…Quoi, vous ne connaissez pas Sainte-Marie ?
C’est le vrai nom de la basilique. Voilà. Au moins, maintenant, vous savez.

Bref, à l’origine temple romain dédié à Apollon, les romains le confient aux chrétiens au Ve siècle, après quoi ses vestiges sont recouverts par une église dédiée à la Vierge Marie.

Et comment en arrive-t-on au nom de « Daurade » ? Grâce aux décorations dorées qui ornaient le monument !
On ne va pas refaire toute l’histoire (vous vous endormiriez surement avant et loin de nous cette idée) mais sachez que peu avant la Révolution française, en 1764, des travaux sont engagés pour
transformer l’église et reproduire la basilique Saint-Pierre de Rome. Un siècle plus tard, après un résultat que nous décririons pudiquement « en demi-teinte » (peut-être que reproduire ce si grand édifice était un peu trop ambitieux), le pape Pie IX consacre cette basilique (deux ans avant celle de Saint-Sernin, en 1876).

Aujourd’hui, la basilique se refait une petite beauté depuis l’automne 2017 et jusqu’à la fin d’année 2019. Fort heureusement, le port est toujours accessible, et les bars et les restaurants qui le jouxtent aussi ! Nous vous conseillons d’y aller en fin d’après-midi, les couchers de soleil y sont magnifiques ! Ou alors en soirée, si vous cherchez une ambiance moins romantique et plus festive…

D’ailleurs, en parlant du port et de ses alentours, ils ont eux aussi été en travaux récemment, entre 2015 et 2016. Ce fut principalement l’occasion de retravailler les espaces verts du port, de rajouter des plantations, et d’embellir l’ensemble.
Le résultat semble être à la hauteur des attentes des toulousains qui fréquentent toujours autant ce lieu emblématique du centre-ville de notre chère ville rose.
La prochaine fois que vous irez boire un coup à la Daurade, on espère que vous penserez à nous !
Après, au lieu d’aller y boire un coup, vous pouvez aussi aller en manger une (daurade)…

Petite info complémentaire de la Boudu-Team, que vous pouvez également retrouver dans notre livre sur Toulouse : sur les Quais de la Daurade, vous trouverez le petit bar “Les Pêcheurs de Sable” qui cartonnel’été grâce à son emplacement idéal en bord de Garonne. Et bien, sachez qu’auparavant, ce lieu était…la morgue de Toulouse ! C’est ici que l’on mettait les corps de ceux qui se noyaient dans la Garonne, pour que la famille les reconnaisse. Voilà. C’était l’info gaie du mercredi.

Boudu-auteur

Sophie

Sophie

Co-fondatrice de Boudu Toulouse & chroniqueuse art de vivre pour L'Opinion Indépendante. Aime les mots, les gens, le café et la Burrata.

Poste ici le premier commentaire

Ça pourrait te plaire !

Gaillac – Puycelsi

Quand je te dis “Gaillac”, tu me réponds quoi ? Vin ? J’le savais, t’es un alcoolique. Trêve de plaisanterie (qu’est-ce qu’on se marre ici dis ...
error: Boudu-Protection !