Vasco le Gamma

2

 

BPHVascolegamma

Lorsque nous sommes arrivés dans le quartier et qu’on a vu ce bar, situé à seulement dix mètres et demi de l’appart, nous étions dépités : “voilà, ce bar a l’air génial, on va y passer tout notre temps, on va devenir des gros alcooliques, on va se planter dans nos études, on n’aura plus de vie sociale, plus de travail, on va rater nos vies” (vous le savez, je ne suis jamais dans l’exagération).

Finalement, j’ai mis deux ans à insérer ce bar à ma vie , tout simplement parce que j’allais toujours dans les mêmes endroits, et que même si un politicien à lunettes avait dit : “le changement, c’est maintenant”, bah c’est pas la politique qui va gouverner ma vie non mais oh. Et puis nous avons crée ce blog, pour casser notre routine, la tienne, celle de tes voisins, bref, pour révolutionner vos vies, et j’ai commencé à fréquenter ce bar. Et j’ai eu raison (petit sourire satisfait de ceux qui donnent envie de foutre des beignes mais tu peux pas parce que t’es devant ton ordinateur sois pas dégoûté).
Les clients, ici, ils ont tous l’air heureux.

Et en fait, ils n’ont pas que l’air, ils le sont. Ils sont heureux parce qu’ils boivent des cocktails délicieux et pas chers. Ils sont heureux parce que les serveurs sont des personnes adorables. Ils sont heureux parce que la musique est cool, éclectique. Ils sont heureux parce qu’ici tu croises des artistes, des mecs d’Airbus, des étudiants, et que tout ce petit monde tellement hétérogène se fond à la perfection. Et par dessus tout, ils sont heureux parce que le Vasco est un bar à l’image des toulousains : il n’a rien de beauf, il n’a rien de guindé, il est juste des ces endroits où le mot “cool” prend enfin tout son sens.

Au Vasco, je suis allée boire des mojitos avec l’Homme un soir de semaine, j’ai bu des cafés avec des copines en fin de journée, j’ai refait le monde à une heure du matin un lundi soir avec une amie, j’ai écouté un mec chanter du Brassens avec sa guitare un samedi après-midi, j’ai débarqué là-bas à minuit pour finir une soirée trop cool entre voisins.
Et chacun des moments que je viens de vous citer ici a été un moment de folie .

Où le trouver

À St Cyprien, à environ 20 secondes du métro
1 place de l’Estrapade
05 61 50 68 11
Google Maps 

Boudu-auteur

Sophie

Sophie

Co-fondatrice de Boudu Toulouse & chroniqueuse art de vivre pour L'Opinion Indépendante. Aime les mots, les gens, le café et la Burrata.

2 comments

  1. Avatar
    Queenofwhores 3 février, 2016 at 21:27 Répondre

    Les commentaires de la rédactrice sont… magiques.

    Il faudra que j’aille l’essayer. Un bar qui se met en avant par sa “banalité” m’intrigue.

    • Thibaud
      Scar 3 février, 2016 at 21:34 Répondre

      Tous les lieux dont nous parlons ne sont pas forcément “excentriques”. Nos réactions, elles, le sont un peu plus !
      N’hésite pas à nous dire ce que tu en as pensé ;).

Post a new comment

Ça pourrait te plaire !

Grand Tourmalet

Si je te dis ski dans les Pyrénées, tu me diras probablement : « Axes-3-Domaines ! J’y suis allé en skirail l’an dernier». Et moi, je ...
error: Boudu-Protection !