Cycl’Osteo, l’ostéopathe qui venait chez toi à vélo

2

Cycl'Osteo Toulouse

Cet article sur Cycl’Osteo a initialement été publié en mars 2016. Concernant les tarifs, il y a un supplément de 20 euros le week-end et les jours fériés. Par ailleurs, l’équipe propose une formule à 100 euros “Maman-Bébé”.

Cycl’Osteo : ostéo, écolo, à vélo

Un matin, alors que je me réveillais tranquillement (comprendre : après que le réveil ait sonné environ 14 fois), une douleur inopinée vint perturber mon trajet quotidien « lit-machine à café- pas de café – quelqu’un va mourir ».
Une douleur entre la tête et le buste, à cet endroit que tu ne calcules jamais si tout fonctionne : le cou.
Cela me tirait atrocement. Je ne pouvais pas tourner la tête à gauche. Et j’avais l’impression qu’un fantôme avait décidé de me torturer jusqu’à ce que mort s’en suive.

Après avoir été sur des forums et appris que j’avais sûrement un cancer du cou et dix autres maladies incurables, une personne autour de moi prononça le mot « ostéo » .
Je me suis accrochée à ce mot comme à une bouée de sauvetage en pleine mer.

J’ai appelé trois ostéopathes différents : « nous avons de la disponibilité dans mille ans, c’est bon pour vous ? ».
En continuant mes recherches, je suis tombée sur le site d’un collectif d’ostéopathes un peu différents. Ils annoncent se déplacer uniquement à vélo pour leurs rendez-vous toulousains. Sans trop y croire, j’appelle, et là, joie, bonheur, victoire.
« Je peux être là dans une heure et demi, est-ce que cela vous convient ? ». Je me suis dit que si il existait un dieu, il était sûrement ostéo dans une autre vie, et qu’il était drôlement cool.

Un ostéopathe dans mon salon

Ainsi, une heure et demi plus tard, un ostéopathe gara son vélo dans la cour de mon immeuble. Il installa sa table en plein coeur de mon salon. Moi, je pensais qu’il allait sortir l’huile de massage, mettre une musique douce et me masser le cou jusqu’à ce que je m’endorme d’apaisement. Mais il se posa en face de moi et commença à me poser plein de questions pour apprendre à me connaître.

Mes habitudes de vie, ma façon de manger, de faire du sport, de travailler, de dormir (euh, mademoiselle, savez-vous que vous avez le même cycle de sommeil qu’une enfant de six ans ? )…
Donc je répondis à chacune des questions sans bien trop savoir à quoi cela servait. C’était la première fois de ma vie que je me retrouvais face à un ostéopathe.

Il m’expliqua que chaque corps était différent, et qu’il était très important de connaître la personne que l’on s’apprête à manipuler. Euh, manipu-quoi ?
Je ne suis pas masseur, je vais manipuler votre corps pour apaiser votre cou et le débloquer un peu. Je ne vais pas faire de miracles, mais on va essayer d’arranger ça.”

Cycl’Osteo, le genre de bons plans qui se partagent

Ainsi, les trois quarts d’heure qui suivirent furent consacrés à l’adoption de postures extrêmement étonnantes (et pas forcément agréables, j’avoue), basées sur la respiration, la lenteur, et plein d’autres trucs que je ne maitrise pas forcément…

Face à mon impatience, mon envie de bouger tout le temps (enfant de six ans, le retour), l’ostéo-écolo-qui-se-déplace-à-vélo a été d’une patience d’ange, extrêmement à l’écoute. Après avoir payé 45 euros la consultation (étudiants et demandeurs d’emploi – sinon, 55), il me laissa sa carte en me promettant de m’envoyer la facture pour un éventuel remboursement par ma mutuelle, et me demanda de le tenir au courant.

Lorsqu’il s’en alla, je décidai d’écrire un article pour vous en parler. C’est le genre de bons plans qui se partagent.

Savoir qu’un ostéo peut se déplacer chez toi rapidement, sans problème pour se garer quand tu habites en centre-ville, et qu’en plus cet ostéo est jeune, à l’écoute, et drôlement efficace, ça aurait été d’un égoïsme pur de ne pas vous en parler.

Le lendemain, j’avais la facture dans ma boîte mail.
En me levant, la douleur avait quasiment disparue.
Et en plus, à l’appart, il y avait du café.

Cycl’Osteo, les informations très pratiques

Le lien direct vers le site Internet de Cycl’Osteo, c’est par ici !
Et pour appeler : 07 82 77 22 32

Boudu-auteur

Sophie Franco

Sophie Franco

Co-fondatrice de Boudu Toulouse & chroniqueuse art de vivre pour L'Opinion Indépendante. Aime les mots, les gens, le café et la Burrata.

2 comments

    • Avatar
      Simba 1 mars, 2016 at 23:49 Répondre

      Bonjour Tuz,

      On va te taper sur les doigts : c’est marqué dans l’article. Mais comme on t’aime bien, on ne t’en veut pas !

      Nous avions marqué avoir payé 50 euros mais pour toi, juste pour toi, on a précisé : 45 euros pour les étudiants et les demandeurs d’emploi, 55 euros pour les autres !

      Bonne soirée à toi et à très vite !

Post a new comment

Ça pourrait te plaire !

error: Boudu-Protection !